Un protocole bilatéral pour stimuler les investissements dans les projets d’agro-industrie des jeunes

Alex Ariho, le Directeur Général du Réseau africain d'incubation des agro-industries (AAIN) et Hategekimana, Président du RYAF (Photo/Elias H.)

Le forum des jeunes Rwandais dans l’agroalimentaire (RYAF) a signé Mardi le 16 Mai 2017, un projet de partenariat quinquennal (2017-2022) avec le Réseau africain d’incubation des agro-industries (AAIN) à Kigali pour stimuler les investissements dans les projets agroalimentaires des jeunes.

L’un des défis auxquels ce protocole répondra est le problème du démarrage du capital en encourageant les jeunes à changer d’attitude et à investir peu d’argent avant qu’ils ne soient aidés par d’autres partenaires avec des fonds supplémentaires.

Alex Ariho, Directeur Général du Réseau africain d’incubation des agro-industries (AAIN) basé au Ghana, conseille aux jeunes de garder à l’esprit qu’ils ont obtenu la première capitale, qui est l’information et l’attitude positive.

“Il est très important que les jeunes africains et en particulier les jeunes rwandais reconnaissent qu’ils ont obtenu la première capitale, la première capitale de l’entreprise est l’attitude que vous avez envers ce que vous avez l’intention de faire, la deuxième capitale est l’information” Ariho a dit.

“Je suis heureux d’apprendre que les jeunes sont très actifs en ce qui concerne l’utilisation de l’information et la technologie. Si vous êtes en mesure d’utiliser les médias sociaux, et le journalisme pour créer une attitude positive envers les investisseurs sur l’investissement dans la jeunesse; la troisième capitale viendra lorsque vous disposez déjà des deux éléments fondamentaux des investissements: information et attitude positive.

Il identifie le capital sous différentes formes, y compris le capital humain, le capital d’infrastructure, le capital sous forme de technologie, le capital sous forme d’investissement en capital et le capital en termes de cadre politique.

«Pour les jeunes à proposer ou à créer des entreprises et à créer des emplois, ils ont besoin des quatre éléments que j’ai mentionnés et du tout le travail net que nous devons faire en signant le mémorandum avec le forum de l’agroalimentaire pour les jeunes Rwandais, Je dirais que nous sommes engagés pour ce partenariat et nous l’atteindrons parce que les jeunes ont les quatre capitaux “, a déclaré Ariho.

“Donc, pour moi, notre priorité en matière d’investissement dans les jeunes sera de choisir les quatre éléments ensemble et de les intégrer dans notre cadre collaboratif, entre le Réseau africain d’incubateurs d’agro-industrie et le gouvernement du Rwanda, mais surtout les jeunes en tant que forum pour soutenir le capital de démarrage “, a-t-il ajouté.

Ariho a déclaré qu’ils renforceraient également la capacité des jeunes à apprendre des entreprises prospères en utilisant des modèles d’incubation, en particulier le mentorship et le coaching.

Il a déclaré que la commercialisation de la technologie jouera également un rôle essentiel dans cette initiative en mobilisant et en engageant les universités et les organismes de recherche, y compris l’Office de l’agriculture du Rwanda (RAB) et en dehors de l’Afrique et du Rwanda, pour exploiter et identifier les innovations et les technologies qui vont réellement Créer des emplois de descendance.

“Et enfin, bien sûr, l’investissement direct dans le commerce et les investissements dans les jeunes, où nous devons nous assurer qu’il existe un développement de l’infrastructure du marché des intrants pour les produits par les jeunes africains, par les jeunes Rwandais et consommés là-bas. Nous pourrons nous assurer que dans les cinq à dix prochaines années, nous aurons créé un certain nombre d’emplois et susceptibles d’accroître le revenu dans nos ménages, chez les petits agriculteurs, dans les petit entreprises mais aussi en créant de nouvelles entreprises, “Ariho a noté.

Parlant des médias, Jean Baptiste Hategekimana, Président du RYAF, a déclaré que l’initiative profiterait à plus de 1.400 jeunes des cinq grappes du forum en obtenant les compétences et les autres ressources.

Il a déclaré qu’ils s’attendent à un impact fructueux de ce Protocole avec AAIN parce que la signature vient après qu’ils ont déjà commencé à travailler ensemble.

“Nous pensons qu’avec ce partenariat, nous pourrons apprendre des autres jeunes en Afrique et apprendre les moyens de succès qu’ils ont utilisé pour réussir. Comme nous avons un an depuis que nous avons commencé le forum, ces personnes sont des experts dans tout le continent Africain et si nous pouvons planifier un projet pour former 200 jeunes ou leur équiper un autre soutien et apporter des investisseurs, il sera facile pour Nous pour comprendre la philosophie du succès car nous travaillerons avec des professionnels dans certains programmes “, a déclaré Hategekimana.

Selon Donat Nishyirembere en charge de l’esprit d’entreprise des jeunes au Conseil national de la jeunesse (NYC), ils pensent également que les jeunes peuvent bénéficier du réseau d’incubation parce qu’ils sont en mesure de façonner les idées qu’ils ont, bien qu’ils aient pu affronter les risques.

“Le Conseil National de la jeunesse s’engage à soutenir cette initiative car nous pensons qu’elle permettra d’accéder aux marchés mondiaux et d’accroître la capacité des jeunes; Et ils pourront prendre leur entreprise à un autre niveau “, a déclaré Nishyirembere.

“Pour nous, la chambre pour l’entrepreneuriat des jeunes, nous croyons que grâce au pouvoir du réseautage, nous en apprendrons des autres en matière de création d’emplois. Nous devons coordonner le soutien de ce problème particulier car nous avons encore des défis comme le manque de capital de démarrage, l’écart de compétences que nos jeunes ont encore à faire face», a déclaré Pacifique Uwineza, Président de la chambre pour les jeunes entrepreneurs au Fédération du Secteur Privé (PSF).

Par Elias Hakizimana

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*